top of page
  • Photo du rédacteurayutec

M1: Le divorce entre Apple et Intel

Dernière mise à jour : 2 févr. 2023

En avez-vous entendu parler? Ou êtes-vous déjà en train d’utiliser un MacBook de 2020, équipé du nouveau chip Silicon d’Apple nommé M1?


De quoi s’agit-il? Est-ce si important? Oh que oui!


Bien avant 2020, Apple n’a cessé de communiquer sur sa volonté de se séparer d’intel et de produire ses propres processeurs pour leur division Laptops. Au début peu pris au sérieux, la concrétisation est apparue en 2020. La plupart des non-spécialistes n’y a vu qu’une évolution vers une nouvelle version, alors que c’est beaucoup plus que cela.

Pour revenir un peu sur l’historique des processeurs Apple – que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître – Apple depuis 1996 utilisait ses propres processeurs PowerPC, une architecture née de l’alliance IBM/Motorola/Apple.

Ce choix avait permis à Apple d’être autonome et très innovant sur ses produits, car fabriquant leur propre processeur, ils en avaient autant le contrôle matériel que le développement des applications qui s’y attachaient.

Cependant, le problème résidait dans l’incompatibilité entre les applications powerPC et le marché concurrent Intel/AMD des « autres ». C’était à terme un frein à l’évolution d’Apple.

Le CEO de l’époque – Steve Jobs – fit donc le choix d’abandonner PowerPC au profit d’un accord avec Intel et leurs processeurs à cette époque bien plus performants et surtout ouvrant les portes de la compatibilité entre Mac et PC que nous connaissons à ce jour. Intel fut donc le fournisseur d’Apple de 2006 à 2020, pendant 15 ans.

Au moment du passage à Intel en 2006, forcément, le problème résida dans l’incompatibilité entre les applications PowerPC et Intel. Pour régler ce problème et permettre une transition en douceur, Apple développa un émulateur nommé Rosetta qui avait pour fonction sur les Mac Intel de permettre l’utilisation d’applications existantes et anciennes PowerPC pendant un temps. Juste pendant le temps de la transition et que les développeurs puissent redévelopper leurs apps pour Intel sur Mac. Une fois tout migré, l’émulateur fut stoppé.

Eh oui, tous les nouveaux portables et MacMini Apple depuis 2020 sont donc désormais équipés d’un CPU M1. Plus récemment, les nouveaux iMac en couleur de 24″ en sont également pourvus.


Ce changement vers un processeur « maison » ou se retour vers la stratégie d’antan marque un tournant important pour Apple et toute la concurrence.


En effet, Apple faisait déjà elle-même ses processeurs pour iPhone et iPads, donc ils savent comment faire. Nous parlons ici de processeurs pour périphériques mobiles, fonctionnant sur batterie et devant produire un minimum de chaleur, un maximum de performance tout en ne consommant pas trop… et c’est de là qu’est née l’idée du M1.

Petit aparté, l’architecture Intel/AMD se nomme en général plus communément x86 (CISC) pour les avertis et celle des Smartphones ARM (RISC). Les processeurs à base de x86 sont en général très performants, mais aussi très consommateurs en énergie et nécessitent du refroidissement. Ceux en revanche à base d’ARM, bien mieux adaptés aux appareils sur batterie consomment moins, mais sont aussi moins rapides. Ils ont cependant cette particularité de se coupler avec d’autres chips cellulaires (Qualcomm en général).

A ce jour, Apple a développé son nouveau processeur (CPU) sur une architecture ARM, mais ventilée pour certains modèles d’Apple et donc peu consommatrice en énergie tout en étant très performante et silencieuse. Apple prône une autonomie jusqu’à 17h d’utilisation pour un MacBook de 2020. Selon les tests, 14h en tout cas sont confirmés, c’est énorme!

L’architecture du nouveau CPU d’Apple apportera de nombreux avantages, dont probablement une plus fréquente mise à jour des produits Apple, une meilleure sécurité, un couplage cellulaire-CPU plus facile et performant à l’avenir et la possibilité de lancer les apps iPhone/iPad depuis un MacBook en natif! Ceci est déjà le cas…

Alors évidemment… pour ceux qui l’ont compris, changement d’architecture à nouveau et donc… incompatibilité? Quid des applications actuelles que j’ai achetées pour mon Mac Intel?

Apple y a pensé… et ils ont donc ressuscité leur émulateur Rosetta en Rosetta 2! Un émulateur pour les nouveaux M1 qui permet de lancer des apps intel aussi en simulant un x86. Mais est-ce plus lent du coup? Car c’est une émulation… en général ça devrait être plus lent par principe, sauf que le M1 étant déjà plus performant que ses concurrents, il semble que les apps émulées se lancent plus rapidement que sur une machine Intel en natif. Impressionnant.

A savoir que cet émulateur à nouveau n’est que là pour la phase de transition. Le temps que tous les développeurs passent au M1 en développant des apps « universelles » ou natives et que toute la gamme Apple aussi passe au M1 du même coup. La concurrence, dont Microsoft qui a déjà un catalogue d’applications ARM s’y intéresse aussi de près… attention Intel! Mais relativisons un peu, car Intel ne faisait a priori que 2-3 Milliards avec Apple sur un CA de 75 Milliards par an.

Vous aurez d’ailleurs sans doute remarqué que certains sites demandent déjà lors du téléchargement d’apps pour Mac, si c’est pour du Intel ou du M1. Le changement est déjà là et en marche…

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page